Compagnie Théatre 7
RUINES ROMAINES

de Philippe MINYANA
 

Notre commentaire


Hélène :
Ce matin, je ferai un test aux élèves ! Juste le temps de me calmer ! …Si je digère mal en ce moment depuis six ou sept mois je ne digère rien moi qui digérais très très bien je ne savais pas ce que ça voulait dire “ brûlure d’estomac “ “ ballonnements “ je mangeais tout et tout passait bien... C’est à cause de Laurence depuis mon divorce ma fille est bête ! Vous étiez en vacances en Espagne ?

Vincent :
Des excréments au nord des guêpes au sud ! Ma mère s’est faite piquer par une guêpe dans le sud. L’oeil gauche... Quinze ans d’Espagne et de gaspacho... J’aime ma mère bien sûr ! Elle avait un poste intéressant aux PTT à Vesoul mais il fallait s’occuper de mon père comme on s’occupe d’un bonsaï ! Des soins permanents ! La polio ! Et puis il est mort... En fait je hais le mois d’août.

Morin :
J’ai hésité et je me suis dit : “ Pourquoi pas un hamster après tout ? “ Il y en a qui ont des chiens d’autres des lapins … J’ai acheté un hamster ! Il est beau... Et puis je l’ai installé dans mon petit jardinet ! Il était au frais il avait l’air de se trouver bien!


Dire autrement pour dire plus.
Solitudes, espoirs, demandes, échecs, vacuité, dire, vouloir dire, vouloir être entendu, y croire, vouloir y croire, faire semblant d’y croire, se mentir, subir... dire pour vivre... vivre ...“

L’écriture de Philippe Minyana est une matière brute et délicate qui se révèle dans la tension comme la corde tendue d’un violon ou celle tendue du funambule. Toute rupture peut être fatale, trop de tension, la corde lache, pas assez de tension, la note est fausse. Musique équilibre, accord , désaccord.

L’espace s’affirme comme un espace de jeu. Non figuratif, trois portées musicales, partitions ; recherche d’harmonie, partitions : scission, sur un sol sang. Passion, douleur, théâtre d’excès, excès de théâtre, volonté d’être vu, nécessité d’être vu.


| Fermer |